http://santetravail.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Santé et équilibre au travail


Recherche


santetravail@uqam.ca



logo

En plus des changements de nature personnelle qui se produisent, des changements mondiaux, technologiques, économiques et sociaux nous touchent avec une incroyable rapidité. En y réfléchissant bien, il est compréhensible que la plupart d'entre nous se sentent bousculés par ces temps agités. En fait, la majorité des adultes qui occupent un emploi souffrent du stress causé par l'incertitude à l’égard de l'avenir.

Il existe un lien direct entre les changements qui surviennent dans nos vies et le niveau de stress auquel nous sommes soumis. Le changement est une cause de stress. Lorsque notre sécurité est menacée ou que nous ne savons pas ce qui nous attend, nous réagissons par des sentiments d'anxiété et d'inquiétude. C'est cette anxiété qui cause le stress.

Les phases du changement

S’adapter à un changement exige du temps et cette adaptation comporte plusieurs phases.

La négation. Lorsque vous constatez le changement, vous éprouvez d’abord un choc et de l'incrédulité et vous vous surprendrez probablement à penser : « Cela ne peut pas m’arriver ». Il ne faut pas oublier que la phase de négation nous évite d'être accablés par le changement.

La résistance au changement. À cette phase, vous éprouverez probablement de la colère et de la peur. Souvent, le débordement d'émotions qui accompagne un changement est moins terrifiant lorsque nous réalisons que d'autres personnes vivent la même situation. Cependant, le plus important consiste à admettre que vous éprouvez ces émotions. Plus tôt cela se produira, plus tôt vous passerez à la phase suivante.

La compréhension rationnelle. Vous admettez maintenant la nécessité du changement; cependant, vous tentez de trouver des solutions à court terme, car vous ne voulez pas vraiment modifier votre comportement.

L’acceptation émotionnelle. Si vous acceptez vraiment le changement, vous admettrez qu’il présente un potentiel réel.

L’acquisition de nouvelles compétences. Votre acceptation du changement ouvrira la porte à de nouveaux comportements et processus. En adoptant une nouvelle attitude à l’égard du changement, vous aurez l’occasion d’améliorer vos compétences.

L’intégration. En raison du temps qu’il vous faudra pour atteindre cette phase, vous devriez avoir déjà adopté une nouvelle façon de penser et d’agir. Le changement s’est transformé en routine.

Comment s'aider soi-même à gérer le changement

Voici des suggestions pour vous aider à mieux vous adapter au changement :

Maintenez une attitude positive. Si vous vous surprenez à avoir des pensées négatives telles que « Je ne peux pas changer » ou « Les choses ne peuvent que s’aggraver », vous pourriez tirer profit des techniques suivantes :

  • La technique de l’arrêt. Chaque fois que vous devenez négatif, imaginez un grand panneau d’arrêt devant vous. Vous saurez ainsi que vous devez adopter une façon de penser plus positive.
  • La technique de l'inventaire peut venir en aide aux personnes qui concentrent leur attention sur les aspects négatifs d'une situation. Par exemple, chaque fois que vous êtes tenté de formuler une plainte, consignez par écrit un point positif pour compenser votre doléance à l’égard de la situation.
  • La visualisation est une technique pouvant être utilisée pour gérer le stress. Nous connaissons tous au moins un lieu que nous trouvons particulièrement paisible et reposant; il pourrait s’agir de votre jardin ou d’une île lointaine où vous avez passé des vacances. Prenez une minute ou deux pour visualiser ce lieu et rétablir votre paix d'esprit.

Verbalisez vos émotions. Alors que vous traversez une période de changements, il est important de vous tourner vers les autres pour obtenir un soutien émotionnel. Vous trouverez peut-être que le fait de parler à une personne qui sait écouter atténue votre anxiété. Souvenez-vous cependant que cette personne devrait neutraliser vos sentiments négatifs, plutôt que les renforcer. Si le changement est lié à votre emploi, abordez le sujet avec un ami hors de votre milieu de travail plutôt qu'avec un collègue. En outre, si vos proches sont également touchés par le changement, ils pourraient être incapables de vous fournir le soutien dont vous avez besoin. Cela signifie que vous pourriez vouloir en discuter avec un ami compréhensif ou à un professionnel, par exemple, un conseiller de votre programme d’aide aux employés.

Une gracieuseté de la firme Morneau Shepell

Retour en haut de page